Tensions entre la Russie et l’Ukraine : Qu’est-ce qui se cache derrière la crise ?

11 février 2022

Europe

Les tensions entre l’Ukraine et la Russie sont à leur plus haut niveau depuis des années, mais les efforts diplomatiques sont également déployés à plein régime pour trouver une solution à la crise.

Le différend, qui remonte à plusieurs décennies, porte sur de nombreuses questions et implique des pays de toute la région.

Nous examinons ici ce que nous savons de la crise.

Comment cela a-t-il commencé ?

Les origines de la dernière flambée de violence entre les deux pays remontent à octobre 2021. C’est à cette date qu’a débuté un déploiement militaire massif de la Russie le long de la frontière ukrainienne.

Des rapports de satellite et de renseignement ont révélé que plus de 100 000 soldats sont désormais stationnés à proximité de la zone.

Le ministère russe de la Défense a également partagé des images d’exercices militaires.

Le matériel utilisé comprend des canons automoteurs, des chars de combat et des véhicules de combat d’infanterie.

L’Ukraine s’est inquiétée de ce renforcement, mais son gouvernement a également souligné qu’il ne pensait pas que la Russie soit en mesure d’engager une action militaire pour le moment.

La position de la Russie est que son déploiement militaire ne constitue pas une menace pour l’Ukraine et qu’elle a le droit de faire ce qu’elle veut avec sa propre armée sur son propre territoire.

Certains disent qu’il pourrait s’agir du plus grand renforcement militaire russe autour de l’Ukraine depuis la guerre froide.

« L’Ukraine veut renforcer sa sécurité parce qu’elle ressent une forte pression due à la présence militaire russe, à la fois aux frontières et à l’intérieur du territoire ukrainien, dans les parties occupées de l’Ukraine », explique Orysia Lutsevych, responsable du forum sur l’Ukraine au sein du groupe de réflexion Chatham House à Londres.

Et l’un des moyens qu’elle envisage pour y parvenir est « une alliance collective avec l’OTAN », déclare M. Lutsevych.

Mais la Russie estime que la capacité de déployer des troupes le long de sa propre frontière est un droit souverain.

« Ils sont sur le territoire russe, personne ne dit aux États-Unis où ils doivent stationner leurs forces sur le territoire américain », déclare Elena Ananieva, de l’Institut d’Europe (RAS) basé à Moscou.

« Pour les autres nations, cela devrait être la même chose ».

« Comme le dit l’Occident, chaque pays a le droit de choisir comment protéger sa sécurité ».

« Mais, du point de vue de la Russie, le principal problème est la menace d’une adhésion de l’Ukraine à l’OTAN et d’un rapprochement des infrastructures militaires de l’OTAN vers la Russie », explique Mme Ananieva.

Cela nous amène à notre prochaine question.

L’OTAN va-t-elle s’élargir encore et inclure l’Ukraine comme nouveau membre ?

Parallèlement au renforcement militaire, un désaccord diplomatique croissant est apparu entre la Russie et l’alliance militaire occidentale, l’OTAN.

« La poursuite de l’expansion de l’OTAN vers l’est et le déploiement d’armes, qui peuvent menacer la Fédération de Russie, sont inacceptables », selon le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

La Russie s’oppose fermement à une éventuelle expansion de l’OTAN et veut avoir la garantie que l’Ukraine ne rejoindra jamais l’OTAN. C’est une position partagée par son proche allié, la Chine.

Mais ces demandes ont été rejetées par l’OTAN et ses États membres.

L’OTAN compte actuellement 30 États membres, mais d’autres pays pourraient y adhérer.

L’Ukraine ne fait pas partie de l’alliance mais est un « pays partenaire ».

« La société et les partis politiques ukrainiens estiment qu’il n’y a pas de meilleur moyen de protéger l’Ukraine de l’agression russe que de faire partie de l’alliance de sécurité collective », déclare M. Lutsevich, qui ajoute toutefois que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN pourrait ne pas avoir lieu dans un avenir proche.

Dans les années 1990, après la fin de la guerre froide et l’effondrement de l’Union soviétique, l’OTAN a cherché à établir des relations étroites avec les nations d’Europe centrale et orientale nouvellement indépendantes.

C’est à ce moment-là que la coalition s’est étendue vers l’est, ce qui signifie que ses capacités militaires et ses armements se sont rapprochés de la frontière russe.

Depuis des décennies, le Kremlin ne cesse d’affirmer que l’Occident n’a pas tenu sa promesse de ne pas élargir l’OTAN. Cette affirmation fait référence aux discussions menées en 1990 entre l’ancien secrétaire d’État américain James A. Baker et l’ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev.

Mais les dirigeants occidentaux ne sont pas d’accord et affirment qu’il n’y a jamais eu d’accord officiel sur le non-élargissement de l’OTAN à l’Europe de l’Est et que l’alliance maintient une « politique de la porte ouverte ».

Si l’Ukraine devient membre de l’OTAN (elle n’a pas encore demandé son adhésion), « elle constituera une menace supplémentaire pour la Russie », selon le président Vladimir Poutine.

En novembre 2021, il avait déjà déclaré que la présence de l’Ukraine au sein de l’alliance, ainsi que le déploiement éventuel de missiles à longue portée capables de frapper les villes russes ou de systèmes de défense antimissile, similaires à ceux de la Pologne et de la Roumanie, constitueraient une « ligne rouge » pour Moscou.

Mais le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a clairement indiqué que « la Russie n’a ni droit de veto ni droit de regard » sur l’éventuel élargissement de l’alliance.

S’adressant à la BBC, l’experte russe Ananieva a exposé les inquiétudes suscitées par l’éventuel élargissement de l’OTAN. « Les infrastructures de l’OTAN se rapprochent de la frontière russe. L’OTAN aurait dû garder à l’esprit le principe d’indivisibilité de la sécurité », explique-t-elle.

« Il est peu probable que l’Ukraine devienne membre de l’alliance. L’OTAN devrait réfléchir à deux fois à sa propre sécurité au cas où l’Ukraine deviendrait membre de l’alliance. »

Alors que les efforts diplomatiques pour résoudre la crise se poursuivent, une recherche d’alternatives possibles à la candidature de l’Ukraine à l’OTAN a vu le jour.

Qu’est-ce que la « Finlandisation » et quel est son rapport avec l’Ukraine ?

Parmi les nombreux dirigeants politiques qui tentent de trouver une solution au conflit figure le président français Emmanuel Macron. Selon des articles de presse, il a mentionné le terme de « finlandisation » datant de la guerre froide devant des journalistes lors d’un voyage à Moscou.

Il aurait suggéré la « finlandisation de l’Ukraine », comme une politique possible pour réduire la tension dans la région.

Mais plus tard, le 8 février, M. Macron a nié avoir fait ce commentaire controversé.

Le terme fait référence au statut d’État tampon neutre de la Finlande pendant la guerre froide. Le pays partageait une longue frontière avec l’Union soviétique mais est resté neutre.

Cette position signifiait qu’Helsinki ne serait pas membre de l’OTAN et que l’Union soviétique ne verrait pas la Finlande comme une menace potentielle. En 1948, la Finlande a signé un traité avec Moscou par lequel elle acceptait de rester en dehors de l’OTAN.

Cependant, le traité est devenu caduc à la fin de la guerre froide et le gouvernement finlandais affirme aujourd’hui que la décision d’adhérer ou non à des organismes internationaux tels que l’OTAN doit être prise par lui seul et non par d’autres pays.

L’Ukraine a déclaré qu’elle ne souhaitait pas non plus être liée par une politique de « finlandisation » qui restreindrait ses politiques diplomatiques.

« Je pense que c’est totalement inacceptable pour l’Ukraine », déclare Lutsevych.

« L’Ukraine a été attaquée alors qu’elle était un État neutre, et ensuite Poutine ne respecte pas la souveraineté de l’Ukraine, qu’elle soit neutre ou non.

« L’Ukraine rejette cette idée parce que c’est un peu un écran de fumée pour la capacité russe à contrôler l’Ukraine. »

La Russie peut-elle vraiment envahir l’Ukraine ?

Tout d’abord, la Russie a déclaré à plusieurs reprises qu’elle n’avait pas l’intention de le faire, mais pour certains, ces déclarations n’ont pas été rassurantes.

« Ils ont déjà envahi », dit Lutsevych en faisant référence à 2014, lorsque la Russie a annexé la péninsule de Crimée, dans le sud de l’Ukraine, et a soutenu les séparatistes pro-russes qui ont capturé de grandes parties de l’est de l’Ukraine.

« Il y a plus de 14 000 personnes qui sont mortes, plus de 33 000 personnes lourdement blessées. La société ukrainienne paie déjà un prix élevé pour l’agression russe. »

L’OTAN n’est pas intervenue directement dans l’un ou l’autre de ces incidents, mais la réaction de l’alliance a été de déployer pour la première fois des troupes supplémentaires dans les pays d’Europe de l’Est, notamment en Estonie, en Lettonie, en Lituanie, en Pologne et en Roumanie.

L’OTAN a également renforcé sa capacité de défense aérienne et de maintien de l’ordre dans les États baltes et en Europe orientale.

Moscou souhaite que ces forces supplémentaires soient retirées de ces pays.

Mais pour l’instant, l’OTAN affirme qu’elle n’a pas l’intention de le faire.

Que va-t-il se passer maintenant ?

Les efforts diplomatiques pour résoudre la crise se poursuivent afin de parvenir à un accord de paix et d’apaiser les tensions.

Le 9 février, dans une interview accordée à la BBC, l’ambassadeur de Russie auprès de l’UE, Vladimir Chizhoz, a présenté les propositions de la Russie pour réduire les tensions en Ukraine.

Il a indiqué que Moscou pourrait réagir positivement si l’Ukraine devenait un pays neutre.

Toutefois, l’Ukraine et l’OTAN ont déjà déclaré qu’elles n’étaient pas disposées à accepter cette proposition.

Dans un autre développement récent, le journal espagnol El Pais a publié une fuite d’un document américain exposant sa position de négociation.

« Les États-Unis étaient prêts à discuter… des engagements à s’abstenir de déployer des systèmes de missiles offensifs lancés depuis le sol et des forces permanentes ayant une mission de combat sur le territoire de l’Ukraine », peut-on lire dans ce document.

Cette offre n’est toutefois pas à la hauteur des attentes de la Russie.

Les diplomates et dirigeants européens ont également exploré les moyens de relancer l’accord de cessez-le-feu de 2015 pour les régions ukrainiennes tenues par les séparatistes.

L’accord dit de Minsk entre Kiev et Moscou n’a jamais été pleinement appliqué.

Selon l’expert ukrainien Lutsevych, « Kiev ne serait pas disposé à mettre en œuvre l’accord s’il n’y a pas de désescalade et de cessez-le-feu. »

« La Russie veut utiliser ces accords pour créer un club armé à l’intérieur de l’Ukraine qui a des citoyens russes », ajoute-t-elle.

« La solution à la crise est l’unité occidentale et ukrainienne. Ce qui est en jeu, c’est l’indépendance de l’Ukraine. »

Quelle réponse l’OTAN menace-t-elle ?

Le 7 février, le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré, lors d’une rencontre avec le président américain Joe Biden, que l’Allemagne était « unie » aux États-Unis pour imposer des sanctions à la Russie si celle-ci envahissait l’Ukraine.

Les éventuelles sanctions prévues par Washington impliqueraient de cibler les grandes banques russes et d’interdire à la Russie le système de paiement international SWIFT, qui est vital pour les transactions internationales. Le Royaume-Uni a déclaré qu’il sanctionnerait les personnes et les entreprises proches du Kremlin.

« La Russie est devenue en quelque sorte résiliente aux sanctions occidentales », déclare l’expert russe Ananieva lorsqu’on l’interroge sur ses éventuelles implications pour la Russie.

« Elle s’est tournée vers des substitutions d’importations. Dans certains secteurs de l’économie russe, les sanctions ont stimulé la production, et l’agriculture. Les agriculteurs aimeraient que les contre-sanctions russes soient prolongées », dit-elle.

L’OTAN n’a pas laissé entendre qu’elle aurait recours à la force militaire en réponse à une invasion russe.

Bien que les négociations internationales se poursuivent, il n’y a actuellement aucune voie claire pour parvenir à un accord entre les deux parties..

(Par Cagil Kasapoglu BBC World Service,11-02-2022).

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Le blog de Zorg |
BER_KANNOISE |
De bonne heure, de bonne hu... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Amitié et fraternité
| p'titbeurre
| THAMES FALCON