L’éclairage public devrait être l’une des priorités des élus l’APC de Ain Oulmène

11 février 2018

Actualités

L’éclairage public devrait être l’une des priorités des élus l’APC de Ain Oulmène

Installation des membres de l'exécutif de l'APC de Ain Oulmène,21-12-2017Les habitants de la ville Ain Oulmène se plaignent de l’obscurité qui règne depuis des années dans les rues, dans les cités et sur la route menant à l’hôpital.

L’absence de maintenance se fait se ressentir sur l’ensemble de candélabres dépourvus de couvercles de protection électrique très accessibles aux enfants exposés aux risques d’électrocution.

La défectuosité de l’éclairage public touche pratiquement tous les quartiers, toutes les cités de la ville et les élus de l’APC devraient accorder un « intérêt particulier », sortir par exemple la nuit pour voir l’état de l’éclairage public dans les quartiers et dans les périphéries pour évaluer l’ampleur de ces défaillances.

Cette situation  favorise la délinquance et ne fait qu’accentuer le sentiment d’insécurité.

A noter aussi le tronçon Sud du périphérique de l’éclairage public de la double voie est  inopérant.

S’agit-il d’une panne ou d’une action volontaire pour réduire la consommation au détriment de la sécurité des automobilistes ???

C’est le cas aussi, constaté depuis plus deux années sur le tronçon entre Sétif et Mezloug.

Compte tenu des factures faramineuses de la consommation de l’énergie électrique, les APC devront recourir à de nouvelles technologies à moindre coût avec l’installation de diodes électroluminescentes (LED) qui remplaceront au fur et à mesure les anciennes lampes à vapeur de sodium et l’installation des panneaux solaires pour un début au niveau des ronds-points périphériques.

De telles mesures économiseraient sensiblement beaucoup d’argent, réduiraient prés de 80% la consommation énergétique et les couts de maintenance tout en améliorant la qualité de l’éclairage.

 

9 Réponses à “L’éclairage public devrait être l’une des priorités des élus l’APC de Ain Oulmène”

  1. Tfoyl Dit :

    Salut,

    Oui, le quartier des vendeurs de brochettes est un scandale en pleine ville. En principe, on devrait voir fleurir des boutiques de luxe et de haut standing sur l’artère principale et non des « chouaya » et autres quincailleries.

    A propos, j’ai entendu dire que les autorités locales auraient proposé à ces gargotiers de les délocaliser vers le nouveau marché hebdomadaire, à l’est de la ville, sur l’axe menant à Bir Haddada, mais qu’ils auraient refusé.

    Quelqu’un peut-il confirmer ou infirmer ?

    Répondre

    • A M à Tfoyl Dit :

      Bsr,
      Merci pour le commentaire.
      Oui l’ancienne équipe a essayé de les délocaliser mais en vain.
      Je pense que c’est une mauvaise idée, le mieux serait de leur faire exécuter un cahier de charges pour le respect de l’hygiène et de propreté et leur obliger de s’équiper d’aspirateurs industriels de fumée avec un nettoyage parfait faute de quoi ils seront pénalisés.
      A+++

      Répondre

      • Tfoyl Dit :

        Salut,

        Merci pour la confirmation.

        Perso, j’ai un autre avis. Je pense que la route de Bir Haddada a réellement de l’avenir. On le voit d’ailleurs dans sa partie proche du centre-ville. C’est un axe très animé, qui va sûrement s’étendre encore vers l’est dans les prochaines années. Et ce ne sont pas les métiers de bouche et de cuisine qui risquent de chômer dans cette région…

        Répondre

  2. K.N. Dit :

    Bonjour.
    En plus de la voie menant à l’hôpital, il semblerait qu’il y ait plusieurs voies qui sont situées dans le point aveugle des yeux des responsables chargés de l’urbanisation, notamment le trottoir du coté gauche de l’avenue du 8 mai 1945 à partir du parc communal, la voie qui prend naissance à partir du souk et qui longe l’oued Ouermi vers l’est, les trottoirs de l’avenue principale du lotissement 583, mais le plus révoltant est l’état du trottoir du côté des vendeurs de brochettes et qui fait honte à la ville.

    Répondre

    • A M à K.N. Dit :

      Bonjour,
      merci pour le commentaire.
      L’un des points noirs de la ville.
      Non seulement le trottoir est très sale mais aussi les fumées et l’avaloir qui dégage une odeur désagréable à coté des grands sachets noirs de restes de viandes.
      Ce trottoir est squatté, les piétons circulent sur la route,5 fois par jour « on y voit ce spectacle » et on dit rien.
      C’est notre faute.
      J’ai songé prendre des photos et en parler un peu.
      A+++

      Répondre

  3. Tfoyl Dit :

    Re salut,

    Puique la route menant à l’hôpital est évoquée dans cet article, voici un exemple flagrant où les trottoirs non seulement ne sont pas revêtus, mais sont tout simplement inexistants. Est-ce normal pour cette voie empruntée quotidiennement par des dizaines de piétons ?

    Et j’ajouterai qu’il n’est pas nécessaire de dépenser des sommes faramineuses dans des dallages sophistiqués. Il suffit juste d’aplanir le terrain et d’y mettre une couche d’enrobé bitumineux, et voilà…

    Répondre

    • A M à Tfoyl Dit :

      Bonsoir,
      Merci pour le commentaire.
      A+++

      Répondre

    • K.N. Dit :

      Re-bonjour.
      C’est une bonne idée d’en parler et de sensibiliser le maximum à ce problème.
      Effectivement il est devenu difficile de passer sur ce trottoir, en raison de ces nuisances, et souvent on se fait asperger par des eaux nauséabondes qui surgissent de sous les carrelages décollés quand on pose le pied dessus.
      Mais apparemment ça ne semble déranger personne d’autre que nous, et dire qu’il y a des gens qui ont encore le cœur à manger des brochettes malgré la vision de ces saletés.

      Le plus grand problème des APC est qu’elles n’ont plus à leur disposition immédiate de force publique comme autrefois la Police Communale pour faire exécuter des décisions et de verbaliser le cas échéant. La réquisition de la Police Nationale par le Maire est soumise à une procédure bureaucratique décourageante et fait toujours intervenir la tutelle.

      Répondre

      • A M à K.N Dit :

        Re-bjr
        Des familles viennent de Sétif, d’autres en passant manger des brochettes dans une atmosphère inacceptable, pour eux c’est normal.
        Ce ghachi est sale et aime s’épanouir dans la saleté.
        Pour ce qui est de la police communale, elle n’existe plus ou elle fait semblant de rien voir.
        A++++

        Répondre

Laisser un commentaire

Le blog de Zorg |
BER_KANNOISE |
De bonne heure, de bonne hu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amitié et fraternité
| p'titbeurre
| THAMES FALCON